Retour sur site

Retour sur site : un casse-tête pour les entreprises ?

14/04/2022

Durant les deux dernières années les pratiques en matière de télétravail ont fondamentalement changé. Les acteurs de l’entreprise ont dû s’adapter à de nouvelles façons de travailler et de communiquer.

Après cette phase d’adaptation plus ou moins compliquée selon les pratiques préalablement existantes, les salariés ont chamboulé leurs habitudes pour intégrer ce mode de travail dans leur quotidien.

Ainsi, les entreprises se sont vues confronter à une nouvelle problématique lors de la reprise de l’activité sur site.  En effet, que le télétravail soit apprécié ou non, reprendre le chemin du bureau régulièrement ne semble pas si évident pour tous.

Maintenant que les mesures sanitaires sont assouplies et que le télétravail n’est plus obligatoire, l’enjeu pour les entreprises n’est pas simplement de faire revenir les salariés au bureau mais bien de comprendre leurs besoins et leurs éventuelles craintes pour les accompagner convenablement dans cette reprise.

  1. Les tendances en matière d’organisation du travail

Actuellement, 3 grandes tendances en matière d’organisation du travail se dessinent :

  • Depuis la fin de l’obligation de recourir au télétravail, certaines entreprises ont fait le choix du retour sur site pour l'ensemble des salariés. Plusieurs raisons peuvent justifier ce choix : la direction qui n’est pas favorable au maintien du télétravail partiel ou total ou encore pour favoriser une meilleure cohésion d’équipe. Mais ce changement « brutal » n'est pas toujours bien vécu par les salariés. Certains d’entre eux peuvent avoir des appréhensions lorsqu'ils envisagent de retourner au bureau. Tout d’abord, il y a le temps de transport qui peut réduire considérablement le temps de travail effectif et qui impose des horaires plus rigides. Puis, pour ceux qui s’étaient habitués au calme, le bruit constant, les bavardages des collègues, les appels téléphoniques environnants peuvent engendrer des difficultés de concentration au bureau. Enfin, la multiplication des interactions informelles avec les collègues et les temps de déjeuner parfois plus long peuvent également être un frein pour les salariés. S’il est évident que cette reprise sur site a en partie répondu aux attentes des collaborateurs pour qui le télétravail était difficile, qu'en est-il pour les autres ? Pour ceux qui ont pleinement intégré le télétravail dans leur quotidien, voir même ceux qui envisagent le full télétravail ?
     
  • Est-ce que les autres entreprises qui ont à l'inverse préféré sécuriser les conditions de travail et maintenir un télétravail total pour l'ensemble des salariés répondent mieux aux attentes de leur personnel ? Encore une fois, la réponse n’est pas si simple car les attentes des collaborateurs sont variées. Certains salariés en télétravail, souffrent du manque d’interactions avec les collègues, de mauvaises conditions de travail lorsque l’installation n’est pas suffisamment confortable à la maison, de solitude et d’isolement professionnel ou encore des difficultés pour séparer la vie professionnelle de la vie personnelle.
     
  • Et c'est là que d'autres entreprises ont fait le choix d’instaurer un mode de travail hybride permettant de combiner journées sur site et télétravail pour ceux qui le souhaitent. S'agit-il alors de la meilleure solution ?  Pas si simple d’y répondre. En réalité la question qui se pose est de savoir si cette reprise a été faite dans de bonnes conditions et si les salariés sont satisfaits des propositions faites par l’entreprise.
  1.  Sécuriser le retour sur site, une démarche continue 

Finalement quel que soit le mode de travail envisagé, et même si la reprise sur site a déjà eu lieu, il semble primordial de mettre en place une démarche participative intégrant les feedbacks des collaborateurs et les avis des partenaires sociaux.

En effet, ces dernières années ont été particulièrement éprouvantes pour les salariés ce qui a révélé de nouvelles attentes en matière de qualité de vie au travail. Les salariés attendent une vraie considération de la part de l’entreprise.

Une des solutions qui parait assez aisée pour l'entreprise est de mettre en place une enquête à l'intention des collaborateurs et des managers. L’objectif sera alors d’interroger les salariés sur leurs craintes et leurs besoins afin d’intégrer leurs suggestions dans le plan d’actions.

Ce questionnaire n’a pas vocation à être exclusivement consacré à la reprise sur site mais peut être également un moyen pour les entreprises de mesurer l'engagement des salariés ou encore d’évaluer la qualité de vie au travail dans son intégralité. Une fois les réponses analysées, il faudra prévoir une restitution des résultats et proposer un plan d’actions adapté.

Dans cette démarche, il semble également nécessaire de s'appuyer sur les partenaires sociaux pour mettre en adéquation le contenu du questionnaire en lien avec les attentes des collaborateurs mais aussi pour que la démarche soit promue en interne et suffisamment communiquée.

D’une façon générale, les partenaires sociaux pourront servir de relais entre la direction et les collaborateurs pour faciliter le retour sur site ainsi que pour remonter les difficultés et les besoins rencontrés par les salariés.

  1. Plan d'actions et préconisations adaptés

Une fois les besoins analysés, il est alors temps de mettre en œuvre les actions permettant de rassurer les salariés et faciliter la reprise sur site. Diverses actions peuvent être envisagées, voici quelques-unes d’entre elles recensées dans différentes entreprises :

                Si le télétravail n’est pas encore encadré par une charte ou un accord télétravail, c'est probablement la première étape à concrétiser. En effet, il est important de formaliser les conditions liées au télétravail (postes éligibles, avenant, nombre de jours, horaires…) afin de limiter les risques d’inégalités et de donner une bonne visibilité aux salariés. Il est alors recommandé de capitaliser sur les retours d’expérience des collaborateurs et managers pour mettre en place ces documents.

                Face aux risques épidémiques, il existe également une forte appréhension liée au sentiment d’insécurité. Il convient alors de renforcer la communication sur les mesures volontaires prises par l’entreprise (renforcement du nettoyage, proposition de plateaux repas préparés au restaurant d’entreprise, recommandation du port du masque…).

                Le retour progressif sur site apparait également comme un point clé dans les étapes de la reprise. Ainsi, la transition télétravail/bureau sera plus simple pour les salariés et l’entreprise pourra continuer d’adapter l’environnement de travail en intégrant les feedbacks progressifs des salariés.

                Transformer les moments au bureau en moments conviviaux est une autre façon d’inciter les salariés à revenir. Ces moments peuvent s’illustrer par des déjeuners ou apéro équipe, des réunions d’équipe ludiques, des moments créatifs… Une enquête récente menée par JDE Professional, révèle d’ailleurs que les pauses café sont des moments particulièrement appréciés par les salariés.

                Il est également possible de nommer un manager du bien-être, chargé d’organiser des évènements autour de la qualité de vie au travail (temps d’échange avec des professionnels, mise en place de séances de massage, sophrologie…) celui-ci pourra également être référent auprès des salariés.

En résumé, l’entreprise doit jongler entre des salariés qui ont besoin de retourner sur site pour retrouver leurs bureaux et leurs collègues, des salariés qui craignent de reprendre leurs anciennes habitudes et d’autres qui ont découverts et appréciés le travail à distance.

L'enjeu principal pour les entreprises est alors de concilier les besoins de la majorité des salariés à son plan de reprise.

Heureusement, les solutions offertes aux entreprises pour faciliter le retour sur site sont nombreuses et variées. Il est ainsi primordial de mettre en place des actions répondant aux exigences réelles des salariés en prenant soin de les adapter aux valeurs et à la culture de l’entreprise.

Tags:Retour sur siteTélétravailOrganisation Hybride

Vous pouvez contribuer !