Communication

« Pour une communication vraiment positive »

9/12/2021

Communication positive : assainir notre atmosphère commune

J'ignore évidemment ce qu'il en est pour vous, mais j'avoue que l'air me parait trop souvent ... épais. Poisseux. A la limite du toxique. Nous étouffons dans un brouhaha où l'invective et la moquerie remplacent l'échange et le dialogue. Où tous les coups (bas) sont permis. Et nous nous découvrons un beau jour tétanisés ou écoeurés. Rincés. Essorés. Appauvris. Rabougris. Salis... En bout de course, le collectif ramasse la mise. Si j'ose dire...

Du harcèlement scolaire aux insultes politiques, en passant pas les guérillas en entreprise, nous avons besoin d'installer une communication réellement positive dans l'espace public. Je veux dire par là : pas un « positive-washing », ni un prêchi-prêcha New-age, encore moins des nunucheries ou un « parlé-bébé » ... Mais bien au contraire un outil, éventuellement « chirurgical », mais éprouvé, et au service de relations constructives.

Les enjeux de la communication positive en entreprise :

Les mots sont aussi dévastateurs que les actes. Attaquant l'individu dans ses besoins et son identité, une communication maladroite entrave la relation, et parfois la brise. En conséquence directe : les comportements se relâchent et deviennent de plus en plus anti-sociaux. Le pragmatisme, autant que l'éthique, nous pousse donc à faire l'effort de communiquer d'une manière constructive. Et c'est un effort, c'est vrai. Car il faut surmonter nos réflexes, nos habitudes, nos humeurs ... et même parfois, surmonter nos bonnes intentions... car comme chacun sait, l'enfer en est pavé. Attardons-nous sur nos « Pourquoi », cela nous motivera à aller vers le « Comment ».

  • Retrouver le plaisir de la qualité dans les interactions :

Au taf, la communication est un exercice permanent : fournisseurs, collègues, clients, prestataires, financeurs …Des relations réciproquement respectueuses, faites de confiance et de respect, permettent de vivre dans un climat agréable. Les émotions positives fonctionnent comme l'huile dans les rouages : elles fluidifient nos rapports quotidiens.

  • Augmenter efficacité :

Les tensions, les conflits, les incompréhensions ou les malentendus font perdre du temps et de l'énergie. Une bonne faculté de communication est un atout incontournable pour gagner en efficacité sur la durée. Cette énergie gagnée peut ainsi être mise au service de notre développement et de notre avenir. Une bonne communication permet d'afficher nos intentions et de vérifier celles de nos interlocuteurs. Elle permet d'expliquer nos points de vue et de clarifier les situations. Elle augmente la probabilité d'une compréhension réciproque, intellectuelle et émotionnelle.

  • Améliorer la coopération et l'engagement :

Au sein d'une relation épanouissante, la collaboration et la coopération coulent de source. Pas de fiel. Pas de rancoeurs. Pas de frustrations qui s'enveniment. Demander un service, négocier un tarif, construire un projet ... cela se fait de manière fluide, parce que la demande arrive dans un terreau fertile. La communication positive est donc toujours un investissement sur l'avenir. De plus la qualité relationnelle permet aussi d'abaisser le turn-over, donc ... de faire des économies de temps, de finances et d'énergie (encore une fois !)

  • Mettre en avant son travail ou sa structure, et valoriser son image:

Qui a envie de mettre son nez dans un nid de vipères ? Personne ! Attrayants ou repoussants, nous sommes les ambassadeurs de nos entreprises. Notre manière d'interagir est notre vitrine. C'est un avantage dans un monde concurrentiel, où chacun a besoin de capter l'attention des autres. Avoir une bonne réputation, c'est ouvrir la porte à davantage d'opportunités, qu'il s'agisse de partenariat ou de recrutements ...

Les outils de la communication positive :

  • Adopter l'écoute empathique et respectueuse :

Une communication réussie est obtenue quand chacun a la sensation de s'être suffisamment exprimé, d'avoir été entendu et compris, et qu'il ressort de la conversation dans un état émotionnel positif. Ce qui ne veut pas forcément dire que l'on est d'accord. Apprenons aussi à être à l'aise avec les désaccords et à les rendre constructifs.

  • Accepter l'autre et être assertif pour soi  :

L'assertivité est la capacité à poursuivre ses propres intérêts, tout en respectant les droits de nos interlocuteurs. Accepter l'autre dans sa singularité, c'est tout simplement le comprendre et lui reconnaître son libre-arbitre, sa légitimité à choisir et à penser par et pour lui-même. Et cela s'accorde tout à fait avec la pose de limites de notre part. Oui, il y a des comportements inacceptables, et cela doit être énoncé haut et fort.

  • S'installer dans une intention positive :

L'intention positive est indispensable, mais elle peut dissimuler de terribles chausse-trappes. L'intention positive pour l'autre et pour soi, doit tenir compte à la fois des effets à court terme et des effets à long terme. Par exemple, la volonté d'éviter un conflit ou d'éviter de mettre mal à l'aise, en n'abordant pas certains sujets, peut aggraver dramatiquement une situation. L'intention positive est parfois une forme de lâcheté face à l'inconfort ou à l'incertitude. Elle peut-être une rationalisation de nos renoncements. Il s'agirait plutôt de tendre vers une forme de bienveillance qui intègre la confrontation avec le réel.

  • Donner du soutien et promouvoir les possibles :

Encourager, mettre en valeur le positif, être optimisme, rassurer, montrer les progrès, ouvrir de nouveaux chemins ... toutes ces attitudes se mettent au service de la promotion du développement de nos interlocuteurs, et du développement de la relation. Cela suppose que l'on croit au potentiel de nos vis à vis.

  • Choisir l'honnêteté intellectuelle  :

Cessons de confondre les faits, les opinions et les ressentis. Arrêtons la mauvaise foi, cette conduite infantile.  Bien sûr nous avons des convictions, des valeurs, des besoins. Et aussi des mouvements d'humeur. Assumons ! Un chat est un chat et pas un kangourou ! Plus de sincérité conduirait à plus de confiance. Hélas pour nos pauvres égos, nous sommes faillibles. C'est naturellement humain. Alors ne construisons pas des montagnes à partir de taupinières : apprenons aussi à nous excuser. Et à pardonner. Car la nature humaine est ce que nous avons en commun.

  • Affirmer moins et questionner plus, ou l'art de la diplomatie :

Douter, s'intéresser aux situations et aux vécus, être gourmands des ressentis et des pensées. Etre accueillant et disponible. Curieux. Bref : s'ouvrir. Quitter l'état d'esprit de la citadelle assiégée, toujours sur la défensive. Nous n'allons pas nous effondrer en étant moins péremptoire. Au contraire ! il y a de la joie à  s'enrichir de l'autre et à changer d'avis et à évoluer. La souplesse du roseau semble plus efficace dans les tempêtes que la rigidité du chêne. La communication gagne quand elle cesse d'être une lutte pour le pouvoir. Quand elle devient une co-construction, un co-développement.

  • Lever les tabous sur le négatif et éviter les dégâts de la positivité toxique.

Il est important d'exprimer ce que l'on porte en soi, même si cette part est délicate, difficile. Il n'y a pas de lumière sans ombre. Les émotions donnent des informations et aident à comprendre les choses. Exprimons-les ! Elles perdent ainsi leur charge négative pour devenir constructives ! Par exemple, la tristesse de changer de poste peut signifier que cette expérience précédente a été enrichissante pour vous. Quoi de mal à ça ? Laissez sortir ! Tout ce qui est cadenassé en nous devient un poison lent. Oui, la volonté de positivité à tout prix peut être toxique.

Nos relations sont plus riches au fur et à mesure que nous devenons habiles à communiquer de manière constructive. Et cela va bien au-delà de parler "comme-ci" ou "comme-ça". Car des mots doux peuvent donner des phrases violentes.

Non, plus profondément, il s'agit en fait d'augmenter notre compréhension réciproque et de gérer nos différences avec élégance. C'est un challenge. Il se gagne sans tambour ni trompettes. Sans gloriole. Au fil des conversations du quotidien. Quand nous arrivons à réduire les distances qui nous séparent. Quand nous valorisons la convergence, et quand nous résolvons les problèmes au fil de l'eau, de manière informelle.

Conversations fluides pour relations solides ! Une alchimie qui me donne envie ! Et vous ?

Tags:CommunicationBonnes pratiquesRelations socialesCollaboration & coopération

Vous pouvez contribuer !