Motivation

Motivation et optimisme : les conditions de nos actions ?

8/06/2021

L'optimisme et la motivation sont des croyances sur l'avenir. Croyance que nous pouvons arriver à un résultat, atteindre un but. Conviction que quelque chose de bien, ou de beau, ou de bon, nous attend dans le futur.

Ces états d'esprit reposent sur une anticipation positive : nous nous attendons à des événements ou à des résultats bénéfiques. C'est une forme de confiance. Confiance en soi, confiance en l'avenir.

Et c'est souvent grâce à cette forme de « foi » que nous pensons que la vie mérite d'être vécue, que les efforts méritent d'être faits.

C'est l'optimisme qui enclenche l'action. En général, c'est lui qui nourrit notre motivation. Il démarre un cercle vertueux : Je pense que je peux atteindre mes buts, donc je fournis l'effort nécessaire, même si c'est difficile. Et cet engagement me donne un sentiment de fierté, d'accomplissement. Peu importe si les résultats sont moindres qu'espéré, nous ressentons de la fierté à être entrés dans l'arène. Nous nous sentons vivants. La récompense est d'or.

A l'inverse, être persuadé que les buts sont inaccessibles ou que l'avenir est sombre, cela peut nous pousser à diminuer nos efforts, à baisser les bras. Et le salaire est payé en plomb : honte de soi, ressentiment, colère ou auto-dénigrement. Le sentiment d'absence de contrôle, le ressenti d'impuissance sont des portes d'entrée vers la dépression.

C'est si bon !

Optimisme et motivation sont des états agréables. Ils jouent énormément sur la qualité de vie ressentie. Du moins dès lors qu'ils ne sont pas des faux semblants, des dogmes ou des conformismes. Car penser que l'avenir nous réserve de belles choses ce n'est pas une obligation. Nous avons le droit, chacun, de ne pas adhérer à cette vision. Ou bien d'y mettre des nuances. Nous avons le droit d'avoir des convictions, et de rester authentique dans nos expressions. Ce ne serait ni éthique ni efficace de faire de l'optimisme une valeur morale, ou de transformer la motivation en étendard justifiant n'importe quelle action. Se comporter en pessimiste est parfois réaliste et pragmatique. Ou tout simplement attendu ! Question de circonstances et de rôles : oui j'attends de mon garagiste qu'il soit un tantinet méfiant envers l'état des freins de ma voiture, et de mon hébergeur internet qu'il mette en place un système de sauvegarde redondant au cas où .... Mais pour un individu, envisager l'avenir sous l'angle du pire (et pas seulement du meilleur) est le plus souvent inconfortable et peu valorisé socialement. La lucidité du pessimisme est bien souvent perçue comme une insulte au volontarisme qui va avec le culte de la liberté et du progrès. Ne pas parier sur un avenir radieux, est parfois interprété comme du fatalisme, ce qui a de vagues relents de capitulation. Le vilain mot est lâché ! Alors que l’optimisme lui, est glamour, audacieux ... conquérant ! Il est vendeur aussi, il suffit de regarder autour de soi pour s'en convaincre. Mais sa séduction apparente ne le rend pas pour autant universellement pertinent.

C'est dans la tête Docteur ?

Mais tout cela est-il uniquement une question d'état d'esprit ? Une affaire d'optique et d'angle de vue que l'on change à volonté ?

Je ne crois pas : nous avons sans doute trop tendance à psychologiser les comportements, les sentiments et les convictions.

Oui, les pensées et les émotions influencent notre manière de nous conduire. Et l'inverse est vrai aussi. Mais tout un chacun vit dans un corps, pas seulement dans une tête. Et l'état de vitalité du corps se répercute sur l'esprit.

Non seulement le manque de sommeil, la sédentarité et la malbouffe nous privent de notre carburant, mais ils polluent aussi notre moteur.

Par le jeu des substances biochimiques, un sommeil de qualité met en condition pour bien gérer son stress et ses affects. Et il donne l'énergie nécessaire à un travail vraiment productif. De même, l'activité physique permet de … penser ! Elle booste la créativité et dope le cerveau. Et enfin une alimentation saine nous évite les coups de pompe et les sautes d'humeur. Bonjour Sérotonine, Dopamine, Leptine. Bye Bye Cortisol, stimulants … et psy !

Ainsi, avant toute chose, pour être plein d'allant, adoptez les escaliers, les cordes à sauter et les siestes ! Et puis … mangez des pommes !

Tags:MotivationOptimismeEfficaité

Vous pouvez contribuer !