Formation à distance

La digitalisation de la formation #1

Formations en temps de crise sanitaire : passer du présentiel au distanciel par la digitalisation. Première partie

Permettre aux collaborateurs de continuer à suivre des formations en distanciel est devenu impératif. Difficile en effet de prendre le risque de rassembler plusieurs collaborateurs dans le même espace, difficile parfois de trouver un lieu qui puisse accueillir l’ensemble des participants tout en permettant le respect des gestes barrières, sans parler de l’impossibilité de rassembler des collaborateurs sur un même lieu pendant une période de confinement. De fait, la formation a connu une forte « zoomification » ces derniers mois. Si la visioconférence représente une modalité pédagogique numérique incontournable pour passer des formations présentielles en distanciel, c’est loin d’être la seule. « Zoomifier » les formations ne signifie pas toujours tirer réellement profit du potentiel offert par le numérique. Cet article vise à apporter des clés de compréhension et des axes concrets d’action pour digitaliser des formations en cette période de crise sanitaire. Il aborde les points suivants :

  1. Ce qu’est la formation digitale,
  2. Les points essentiels à prendre en compte pour digitaliser des formations en mode tout distanciel,
  3. Le partage de quelques retours d’expérience sur les bonnes pratiques d’animation des classes virtuelles.

Cet article s’inscrit dans une série d’articles visant à apporter, autant que faire se peut, un soutien aux entreprises dans la gestion des aspects RH de la crise sanitaire. A ce titre :

  1. Vous pouvez retrouver les deux précédents articles sur les éléments du cadre juridique (à date du 10 décembre 2020) et sur la gestion de la santé sécurité au travail. Les liens respectifs sont les suivants : https://www.rhinfo.adp.com/rhinfo/2020/crise-de-la-covid-19-et-cadre-reglementaire-rh/ et https://www.rhinfo.adp.com/rhinfo/2021/les-bonnes-pratiques-de-gestion-des-questions-de-sant%C3%A9-s%C3%A9curit%C3%A9-au-travail/
  2. Vous pouvez également retrouver les Kits RH de gestion de crise développés par les Diplômé.e.s du master 2 « Management Digital des Ressources Humaines – Spécialisation : gestion de crise » de Institut Mines-Télécom Business School. Ils sont téléchargeables gratuitement à l’adresse suivante : https://www.imt-bs.eu/livre-blanc-et-kits-rh-pour-tenter-de-gerer-au-mieux-la-crise-sanitaire-et-sociale-de-la-covid-19/ 

1. Formation digitale : de quoi parle-t-on ? “Zoom” et ses acolytes, certes, mais pas que.

Zoom, et ses acolytes, ont largement gagné leurs lettres de noblesse en cette période de crise sanitaire. La formation, pour la rendre accessible à distance, n’a pas échappé au phénomène de la « zoomification ». Dans l’urgence, ces solutions de visioconférence ont été, restent, les bienvenues car souvent rapides et simples à mettre en place (sous réserve tout de même de mettre en place un cadre numérique de formation adapté comme évoqué au point 3 de cet article). Et pourtant, ces plateformes de visioconférence ne représentent qu’une partie des modalités pédagogiques numériques existantes.

Les modalités pédagogiques numériques élémentaires

On retrouve également les vidéos, les questionnaires en ligne, les textes sous format PDF (ou ebook, ou wikis…), les forums de discussion, les glossaires, les wikis, les e-mails ou encore les podcasts. On retrouve aussi, en plus de la visioconférence, les systèmes de chat ou d’audiophonie comme WhatsApp. Tous ces exemples constituent ce que nous appelons des “briques élémentaires” numériques de formation ou modalités pédagogiques numériques élémentaires. La première catégorie évoquée (vidéos, podcasts, wikis…) représente des modalités pédagogiques numériques élémentaires asynchrones. Cela signifie que les salariés consultent les contenus de formation et/ou échangent avec d’autres apprenants et/ou formateurs en temps décalé. A contrario, la deuxième catégorie évoquée (visioconférence, chat, WhatsApp) constitue des modalités pédagogiques numériques élémentaires synchrones, c'est-à-dire que les apprenants consultent les contenus de formation et/ou échangent avec d’autres apprenants et/ou formateur en temps réel.

Les modalités pédagogiques numériques intégratives

En plus des “briques élémentaires”, il existe des “solutions intégratives” ou modalités pédagogiques numériques intégratives. Ces modalités pédagogiques numériques intégratives regroupent généralement deux ou plusieurs modalités pédagogiques numériques élémentaires évoquées juste avant. Ainsi un MOOC (Massive Open Online Course) peut proposer à des apprenants de se former sur plusieurs semaines, aux méthodes des achats par exemple, en proposant la lecture de documents électroniques (documents PDF par exemple), de visionner des vidéos, d’écouter des podcasts, de réaliser des exercices comme des QCM (questionnaires à choix multiples) ou encore des missions à réaliser en groupe. En plus des MOOC, on retrouve dans ces modalités pédagogiques numériques intégratives les classes virtuelles, les modules d’autoformation e-learning ou encore les solutions de simulation. 

Les classes virtuelles sont des environnements numériques où plusieurs outils sont disponibles pour assurer des échanges et des interactions synchrones entre un formateur et un ensemble d’apprenants. Zoom est une solution de visioconférence et une forme allégée d’une classe virtuelle. En plus d’un système de visioconférence et de chat, un système de classe virtuelle comme Big Blue Button offre également un espace de notes partagées, un système de vote en ligne ou encore un système d’annotation.

Les modules d’autoformation e-learning sont des modules qui ont des durées variables, de quelques minutes à plusieurs minutes (5 minutes, 20 minutes, 30 minutes, parfois plus même si cela n’est pas conseillé pour éviter le décrochage des salariés), où les apprenants sont plongés dans un environnement multimédia qui leurs permet de réaliser plusieurs activités en ligne asynchrones (comme visionner des vidéos, lire du texte, écouter un enregistrement audio, faire des exercices comme des QCM…) pour apprendre autour d’une thématique donnée.

Les environnements de simulations, comme la réalité virtuelle, la réalité augmentée, les simulateurs ou encore les serious games, permettent de plonger les apprenants dans des univers proches de la réalité, leur faire réaliser des tâches ou les accompagner en temps réel lorsqu’ils sont en train de réaliser des tâches (comme la réalité augmentée) afin d’apprendre des gestes techniques, des manières d’interagir avec différents types d’interlocuteurs...

Les parcours de formations : organisation des différentes modalités pédagogiques en plusieurs séquences

Ces modalités pédagogiques numériques, qu’elles soient élémentaires et/ou intégratives, peuvent être organisées sous forme de parcours. Un parcours comporte plusieurs séquences pédagogiques, c'est-à-dire une suite organisée, dans le temps, d’activités pédagogiques qu’un apprenant va réaliser afin d’apprendre et de développer ses compétences sur une thématique donnée. Prenons l’exemple de Suzanne. Suzanne est acheteuse dans un grand groupe industriel. Elle souhaite monter en compétences sur ses méthodes de négociation. Un parcours peut être proposé à Suzanne durant lequel elle va suivre plusieurs modules e-learning d’autoformation sur les méthodes de négociation, afin de revoir les bases, avant de réaliser des simulations avec un formateur via un système de visioconférence.

Les parcours peuvent être réalisés en tout distanciel, en tout présentiel, de manière mixte. Le premier type de parcours, tout distanciel, est l’exemple donné juste avant. Suzanne réalise sa formation totalement à distance et de manière totalement digitalisée. À noter que l’on pourrait imaginer des parcours de formation à distance partiellement digitalisés. Le deuxième type de parcours, tout présentiel, est à l’opposé du précédent. Dans ce cas, Suzanne retrouve une unité de lieu et de temps puisqu’elle va réaliser des activités pédagogiques dans un lieu déterminé, dans un temps déterminé et en présence d’un formateur. À noter que l’apprenant peut être placé dans une situation de présentiel enrichi par le numérique. Le formateur peut par exemple recourir à un ou plusieurs outil(s) numérique(s), au-delà du traditionnel PowerPoint, pour enrichir le parcours (utiliser des systèmes de votes par téléphone, faire intervenir d’autres intervenants en visioconférence, recourir à des casques de réalité virtuelle…). Le troisième et dernier type de parcours, mixte, comme son nom l'indique, mêle à la fois des modalités de formation à distance et en présentiel. Ainsi, après avoir suivi une formation en présentiel, on peut imaginer qu’il soit demandé à Suzanne de visualiser plusieurs vidéos pour ancrer ce qu’elle aura appris pendant le cours en présentiel avec son formateur.

La suite de cet article, à paraitre le 10 février prochain, portera sur la digitalisation des formations en parcours tout distanciel et tout digitalisé.

Tags:Formation à distanceTechnologieTélétravail

Vous pouvez contribuer !