Sens

A la recherche du sens perdu

5/04/2021

À l’heure où nombreux sont ceux qui s’indignent de la perte de sens dans notre société, la quête du Graal se transforme en quête d’un sens que l’on craint à jamais perdu. D’aucuns blâment alors « les internet » qui mélangent « scoop & fake news » dans une sorte de nuage informationnel aussi brumeux qu’il serait douteux, d’autres accusent les marchés financiers ou encore les politiques…  Et si nous avions tous un rôle à jouer pour retrouver le sens de ce que nous faisons ?

Donner du sens ou trouver le sens ?

Commençons par les mots, qui ont leur importance, surtout lorsque l’on cherche le sens !

Le sens c’est à la fois la signification que nous donnons aux choses, aux activités et aux missions que nous avons mais aussi la direction, l’orientation que nous prenons. Perdre le sens, c’est perdre de vue à la fois la finalité le « pourquoi » nous faisons cela mais aussi la destination le « où » nous mène les efforts que nous consentons.

L’expression donner du sens, justement, ne fait pas sens puisque ce qui n’a pas de sens, n’en a pas ! Se poser la question du pourquoi et du comment et retourner dans tous les sens l’objet de notre quête n’y résoudra rien. Nous ne pouvons pas ressusciter un sens qui n’a jamais vécu et il ne suffit pas de coller une étiquette à quelque chose d’absurde pour que tout à coup le sens existe. En revanche, mettre en lumière un sens que nous aurions perdu de vue, peut être utile pour répondre à notre besoin individuel et collectif de donner une signification mais aussi une direction à nos efforts. Finalement, il ne s’agit pas de donner du sens mais de le trouver et de le révéler. Et en cela, chacun de nous a sa part de responsabilités.

De la responsabilité de chacun

Ce qui fait sens pour soi ne le fait pas nécessairement pour autrui. Certains diront que passer son temps derrière un tableau excel à compter les pertes et profits d’une entreprise ne fait pas sens, d’autres au contraire y verront une autre signification : celle de leur contribution à la pérennisation de l’entreprise. Une activité rémunératrice peut faire sens pour quelqu’un×e qui est motivé×e par la seule idée d’obtenir un salaire, d’autres auront besoin au-delà de la rémunération d’une portée plus collective, sociale voire humaniste pour juger du sens de leur activité. Finalement, le sens que nous donnons est intimement lié à nos facteurs de motivation.

Bien que le sens ait une dimension individuelle, il ne peut être complètement décorrélé de ce qui fait sens pour le collectif. Une entreprise est par nature une aventure collective, guidée par un cap, une mission, un projet… en d’autres mots elle a une direction donc un sens. Notre contribution individuelle ne peut donc faire sens que si elle suit la même direction que celle de notre entreprise. Poursuivre un sens qui ne serait qu’individuel, à des fins d’enrichissement personnel, en bafouant le Bien Commun contribue à cette perte de sens collective que l’on regrettait en introduction. Le sens relève donc bien de notre responsabilité à chacun et ce sur deux plans : trouver le sens pour soi, pour motiver mon action, tout en favorisant le sens collectif, en contribuant à la mission de l’entreprise.

Le questionnement comme boussole

Alors, pris dans le tumulte de votre quotidien, entre deux réunions zoom vous vous demandez mais quel sens cela a ? Peut-être est-il temps de faire une pause-café et de considérer réellement la question qui vous taraude. Le questionnement, le discernement, l’esprit critique sont les boussoles qui nous permettent de retrouver notre chemin :

Pourquoi est-ce que je fais cela ? Quelle raison se cache derrière cette activité ou celle-ci ? Quelle est la finalité de ce que je suis en train de faire ? Quel est le projet global ? En quoi est-ce que mon activité contribue à quelque chose de plus grand ? Est-ce que ce que je suis réellement en train de contribuer à la mission qui m’a été confiée ou est-ce que je suis en train de m’égarer ? Mais d’ailleurs, quelle est réellement cette mission ?

Prendre le temps de répondre à ces questions peut vous permettre de retrouver un sens que vous auriez oublié. Et si vraiment ce sens n’apparaît pas… alors peut-être vous êtes-vous égaré×e et il serait bon de retrouver votre chemin en vous recentrant sur la mission qui vous est confiée c’est-à-dire en consacrant vos efforts et votre énergie aux activités qui vont réellement dans le sens des objectifs qui vous ont été attribués.

Un questionnement qui doit être favorisé par le management

S’il est de la responsabilité de chacun de se questionner et de se concentrer sur des activités qui font sens, parfois le contexte dans lequel nous nous trouvons complique et brouille le sens des choses. Entre injonctions contradictoires, directives autoritaires ou flou artistique, le cap que l’on se donne collectivement et qui définit notre direction (donc le sens) n’est pas toujours facile à dénicher. Impossible alors de comprendre le sens de sa propre contribution dans le projet collectif si lui-même n’est pas clair.

On entend souvent que le top management doit « donner du sens » pour engager les collaborateurs, cette expression est par nature erronée puisque comme vu précédemment nous ne donnons pas de sens à quelque chose qui n’en a pas. Mais ce que nous pouvons en retenir en revanche, c’est le rôle qu’a cette équipe encadrante d’expliciter, de révéler, de mettre en lumière ce sens que l’on recherche. Il s’agit finalement de donner la direction de l’entreprise et donc de créer les conditions pour que chaque individu qui la compose puisse comprendre le sens de la mission qui lui a été confiée.

La direction des ressources humaines doit alors veiller à ce que le terreau culturel de l’organisation soit favorable à cette « révélation de sens » :

  • Pédagogie et transparence : permettre à chacun de s’approprier les clés de lecture et de comprendre le projet, la mission de l’entreprise et les interdépendances au sein de l’organisation.
  • Objectifs communs et individuels : définir des objectifs communs clairs et partagés qui puissent ensuite être déclinés par chaque services, équipes, et individus.
  • Cohérence et alignement : veiller à la cohérence entre la stratégie qui est poursuivie et les moyens mis en œuvre mais également entre les différentes politiques RH pour éviter les injonctions contradictoires (1).
  • Autonomie et empowerment : donner les moyens à chacun d’adapter son travail à la réalité à laquelle il est confronté et de diriger ses efforts là où il apporte le plus de valeur (2).

S’il est de la responsabilité de la fonction RH de créer les conditions de ce sens partagé, libre à chacun de s’en faire le relai. Ne pas chercher à faire envie mais à donner envie (3), en transmettant avec passion ce sens qui anime nos actions mais aussi en étant exemplaires dans tous nos comportements pour ne jamais bafouer ce qui nous unit, ce projet d’entreprise, le bien commun. C’est finalement une des dimensions du leadership qui n’est pas d’ailleurs pas réservée au seul management.


(1) Pour en savoir plus sur la cohérence de la fonction RH : https://storyrh.fr/2021/02/21/pour-une-fonction-rh-coherente/

(2) Pour en savoir plus sur les « moyens de l’empowerment » : https://www.rhinfo.adp.com/rhinfo/2021/se-donner-les-moyens-de-lempowerment/

(3) Expression empruntée à Patrick Storhaye, notamment dans le podcast Story RH : https://storyrh.fr/2020/05/17/donner-envie-ou-faire-envie/

Tags:SensProjetVie

Vous pouvez contribuer !